© 2023 by Peter Collins. Proudly created with Wix.com

Martin Larralde  ou  Katxo

Piarres Ehulateikoak
(2006/03/18)

Quand nous étions enfants et alors qu’il n’y avait ni télévision ni TSF, avant la prière du soir,  tous les frères et sœurs restions devant  le  feu de cheminée,   autour de notre mère Gaxuxa qui prenait un livre de chants de Jose Mendiague, intitulé « Zazpiak Bat Eskualdun Kantuak », que ce dernier avait envoyé de Buenos Aire à  son ami d’enfance,  notre  défunt grand-père Batista Zabaltzagarai, en l’an 1900.  Tous ensembles  nous chantions tous les chants du bertsolari José Mendiague, natif d’Hasparren, émigré en Uruguay. De vieilles histoires tout cela ! Depuis, après avoir recueilli d’autres bertso à Montevideo,  j’ai moi-même  publié à Donostia, un ouvrage sur le célèbre bertsolari,   grâce au concours de   mon ami défunt,  Albert Chabagno, et un autre ami de Montevideo,   Martin Ospitaletche, en 1992.

Toujours est-il que je me souviens que dans ce livre il y avait l’histoire du fils Bordaxuri,  la  chanson du galérien victime du complexe d’Œdipe dont on doit s’affranchir avant l’adolescence,  mais qui nous perturbait profondément dans notre enfance. En 1965, mon ami  Jean Haritschelhar a publié un livret de 30 pages sur Martin Larralde Bordachuri, le poète galérien et sa  chanson.

  Lorsqu’ il fut intronisé à l’académie basque en 1977,  Jean Hiriart Urruty aborda ce sujet et moi-même j’ai effectué depuis des recherches sur le  poète galérien Martin Larralde (1782-1821) et sa famille également bertsolari : Bernard Larralde (1771-1853) et Jean Baptiste Larralde (1804-1870). Après avoir consulté tous ces écrits, je suis pris d’un sentiment de doute que je vous livre ici : « Se pourrait-il que les bertso attribués à Martin Larralde  Bordaxuri soient en fait de quelqu’un d’autre ? » d’un autre personnage, lui-même bertsolari et qui aurait bien connu Martin Larralde et son histoire, son premier voisin Joanes Etcheto.

Si on regarde de près à l’histoire des bertsolaris et sans remonter aux  confessions de Saint Augustin, de  Etxahun et  Ipharaguirre à Mendiague, et depuis encore Xalbador, tous ont écrit des véritables merveilles de poèmes en notre modeste langue basque, comme "Mundian malerüsik”, ‘Zibilek esan naute” et  “Gizon zahar baten arrangurak”, “Jainkoa eta ni” etc… Sans nul doute que  la chanson du galérien, considérée du même niveau que les poèmes de  Etxahun était connue de ce dernier. Mais est-ce bien  Bordaxuri  l’auteur de cette chanson…ou, son premier voisin Katxo lorsqu’ il chante au 10e couplet :

J’ai fait cette chanson dans la ville de Pau

en prison chargé de chaînes

et copié en  même temps

pour que tout le monde la chante dans la ville d’Hasparren.

Comment peut-on croire que  le galérien  ait copié ces bertsu, alors qu’il ne savait ni lire ni écrire, ni même signer de son nom,  comme  attestent les archives du procès de Martin Larralde, consultées par Jean Haritschelhar. Il aurait donc dû écrire : «  j’ai fait copier » et non « j’ai copié », et il est impensable, que, chargé de chaînes en prison   il ait pu disposer d’un copiste.  

Le fils de douanier, José Mendiague, devait avoir une idée de la condition de détention des prisonniers de l’époque et il ne pensait pas que ces derniers  puissent avoir  des secrétaires à leur disposition. Lorsqu’il cite les grands bertsolaris qu’un basque ne peut oublier, il nomme en premier, Etxahun et Katxo dans “Lehengo Bertsulari zaharren izenak”. 


Joanes Etcheto « Katxo » était né à Jauretxea au quartier Labiri puis il habita  à Elizaberri   « Ilunberria » où il construisit une maison du nom de « Katxotegia ». Alors qu’il était encore très jeune il composait des bertsu pour les fêtes du quartier Labiri. Dans une période de famine il composa « Betiri Sants » et,  lorsque le Roi remplaça l’Empereur il chanta : «Lehen Enperadore orai Luis Errege jende xehiarentzat denak berdin dire…( L’empereur d’avant est aujourd’hui le Roi mais pour le petit peuple rien n’a changé.) »

A cette période, les prêches du  Père Garat, « Pikasarri », supérieur des missionnaires d’Hasparren, étaient renommés. Katxo en avait fait des bertsu relatant la profondeur des sermons du prêtre hazpandar dans le fameux chant “Nahi balinbagira hil eta Salbatu”(si vous voulez vous sauver après la mort).

  Voici pourquoi il me semble juste et pertinent de penser que ce tragique événement,  qui se déroula en 1815 dans ce même quartier d’Elizaberri, fut relaté et mis en chanson par le premier voisin du galérien  « Katxo », de même que quelques années plus tard,  alors, que ce dernier était en Uruguay, il mettra aussi en chanson « Pulunpa » une autre tragédie, qui relate le naufrage du bateau « Léopoldine de Rosa » avec à son bord 300 Basques, partis de Bayonne en 1842, en direction de Montevideo.

Piarres Charritton

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now